Isabelle Elizéon est directrice artistique de la Cie Lasko. Elle est metteuse en scène, écrivain et dramaturge. Elle est également chercheuse indépendante et membre associée du laboratoire SeFeA de l'IRET Paris Sorbonne Nouvelle et du CRAE (Centre de recherche en arts et esthétique) de l'Université Jules Verne d'Amiens. Elle enseigne l'Anthropologie du corps en scène et l'Histoire du Théâtre à l'Université de Bretagne Occidentale. Elle est titulaire d'un doctorat en études théâtrales de l'Université de Paris 3 Sorbonne Nouvelle, ainsi que d'un DESS en Ethnométhodologie de l'Université Paris 7 Denis Diderot. Elle s'est formée à l'Ecole Jacques Lecoq et au L.E.M (Laboratoire d'Etudes du Mouvement de la même école), à Paris. Elle a une pratique du tango, du mouvement authentique, et pratique le dessin et l'illustration depuis de nombreuses années (formation initiale en arts plastiques et histoire de l'art).

Ses premiers pas dans la création se sont faits au travers du dessin et de la création textile qu'elle développe pendant plusieurs années au Brésil, à São Paulo. A cette époque, elle commence également à étudier l'Anthropologie culturelle à la USP (Université de São Paulo). En France, à Paris et Brest, elle créé pendant plus de 13 ans des spectacles multilingues avec des étrangers en apprentissage du français, des migrants, à la Cimade et à l'Abaafe ou encore avec Peuples et Culture. Cette expérience donnera lieu à une recherche en DEA en Ethnométhodologie, à l'Université Paris 7 Denis Diderot, en 2005.

Elle a travaillé comme comédienne et dramaturge au sein de la Compagnie le Tizal, avec Nereu Afonso da Silva puis comme comédienne au sein de la compagnie A Petit Pas, avec Leonor Canales. Isabelle rencontre Bernardo Montet lors de la création de son dernier spectacle Carne en 2017. Elle accompagne les répétitions de la création et insère plusieurs analyses de la danse du chorégraphe au sein de sa thèse de doctorat intitulée, Esthétiques de la Mondialité, corps et écritures du déplacement. Elle participe aux ateliers accompagnants de la cie Mawguerite – Bernardo Montet et aux rencontres ElectriQ, laboratoire d'écriture chorégraphique, à Morlaix.


Les axes de création et de recherche d'Isabelle sont transdisciplinaires. Elle allie en son travail de création au plateau à ses recherches axées sur l'anthropologie, l'esthétique et le mouvement. Elle publie des articles dans des revues théâtrales, notamment Africultures, Revista Cena (Brésil) ou encore aux Editions In Press.

Elle est spécialiste de la question du corps dans l'oeuvre du dramaturge franco-ivoirien Koffi Kwahulé. Ses recherches actuelles la porte vers la Poétique de la Relation, la Mondialité, selon E. Glissant, et l'Esthétique de la Rencontre, selon D. Berthet, qu'elle explore dans ses recherches et dans ses créations.
 

De ces expériences diverses vont naître plusieurs créations dont les dernières en date sont Blue-S-Cat, de Koffi Kwahulé, et TranSes ou les Métamorphoses Montet, conférence dansée (voir sur le site). D'autres projets sont en cours pour 2020.

© 2018 par Compagnie Lasko. Créé avec Wix.com
 

  • Facebook

Compagnielasko

« Être radicant: mettre en scène, mettre en route ses racines dans des contextes et des formats hétérogènes; leur dénier la vertu de définir complètement notre identité; traduire les idées, transcoder les images, transplanter les comportements, échanger plutôt qu’imposer. » Nicolas Bourriaud